NIKI DE SAINT PHALLE PAR CAMILLE MORINEAU / ÉDITIONS DÉCOUVERTES GALLIMARD 

On ne présente plus Niki de Saint Phalle, cette artiste multiple, passionnée et tourmentée. Elle a abandonné sa famille pour se consacrer à son art. Il y a de la violence dans ses gestes de création.

Elle veut représenter la femme autrement. La faire vivre en dehors du mariage. La rendre héroïne.

Il y a ses célèbres Nanas, plus grandes que nature. En mouvement. En couleurs. En formes. 

« Parce que les hommes le sont (grands) et qu’il faut qu’elles le soient davantage (grandes) pour pouvoir être leurs égales. » 

Ensuite il y a sa série de Tirs qu’elle met en scène souvent devant un public. Elle tire à la carabine avec de la peinture sur une toile ou une œuvre en plâtre. 

Elle crée son jardin des Tarots où se mêlent sculptures monumentales et nature.

Elle s’engage pour lutter contre le sexisme, le sida et la ségrégation. Niki refuse les inégalités et les discriminations, par son art elle se révolte et fait entendre la voix des minorités. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s